Nous avons rencontré Laura Depaty, toute jeune Alumni P2017


Laura Depaty P2017


Pourquoi avoir choisi de faire une école de commerce... l’ESCE en particulier ?
Le commerce m'a toujours particulièrement intéressé. Je viens d'une famille aux racines entreprenariales et faire une école de commerce a toujours été mon souhait. L'ESCE tout particulièrement car, tout d'abord, ma mère est également une ancienne de l'école donc je connaissais la réputation et la formation que l'école offrait. De plus, sur le marché, c'est l'école qui accorde le plus d'importance aux langues, crucial selon moi car, aujourd'hui, tout s'internationalise.
Enfin, L'ESCE permet de nourrir son CV avec plus d'un an d'expérience professionnelle et autant en échange à l'étranger ! Ce dernier point est capital selon moi.

Votre formation à l’ESCE correspondait-elle à vos attentes ?
Ma formation à L'ESCE m'a pleinement satisfaite. J'ai particulièrement apprécié la chance d'avoir des professeurs issus du milieu professionnel. Ils proposent une vision différente et au plus proche de la réalité que nous pourrions rencontrer en entreprise.

Quel a été votre parcours pendant vos années ESCE ?
L'année de terminale, j'ai préparé le concours SESAME. Difficile alors de concilier révisions du bac avec la préparation du concours ! J'ai réussi les deux et suis donc entrée à l'ESCE pour 5 ans. En première année, j'ai effectué mon stage en Retail chez Bonpoint au sein d'une boutique. L'échange de deuxième année s'est déroulé en Allemagne à Berlin à la BITS afin de découvrir une nouvelle langue et culture, pratiquant jusqu'à cette année-là, uniquement l'Espagnol. Mon premier stage de 6 mois s'est fait au sein de l'agence de communication Extrême, en design packaging, reconnue dans le milieu de la cosmétique et qui travaille principalement avec l'Oréal. Être dans ce genre de structure m'a permis rapidement d'être autonome et d'avoir mes propres projets et clients. J'ai fait le choix lors de ma quatrième année de privilégier l'opportunité de faire un double-diplôme. Je suis partie un an à Dublin Business School, ce qui m'a permis de découvrir non seulement une nouvelle approche des cours, une nouvelle culture mais aussi et surtout le digital, Dublin étant souvent considérée comme "la Silicon Valley de l'Europe". Enfin, lors de ma 5ème année, j'ai été Assistante Visual Merchandising et Architecture au sein de la Maison Cartier Parfums. J'ai participé au développement de toute la nouvelle identité visuelle. J'étais en contact avec de nombreux services internes : marketing opérationnel, direction pays, marketing développement, Mathilde Laurent le nez de Cartier et externes : agences Cent degrés et 7 Lieues, Espace Gravure... tous reconnus dans le secteur. Cela m'a permis de découvrir la stratégie globale et la vision de la Maison.

Qu’avez vous préféré à l’ESCE ?
La place donnée aux langues et ce, dès la première année. Le choix des associations afin de s'investir à l'école. La diversité des écoles partenaires à l'international. Le fait de ne pas payer une école partenaire mais d'avoir une équivalence coût de l'école. Et surtout, les rencontres, les conférences organisées. J'ai trouvé tous mes stages grâce à L'ESCE !

Si vous deviez donner un conseil aux étudiants actuels, que leur diriez-vous ?
Je leur dirais de profiter de toutes les opportunités que l'école met à leur disposition (rencontre avec les alumnis, conférences, associations étudiantes, possibilités de partir à l'étranger...) afin de créer et développer leur réseau et d'avoir du contenu intéressant et distinctif à aborder lors d'entretiens.

Pouvez vous nous présenter le poste que vous occupez ?
Aujourd'hui, je suis en CDI chez Extrême en tant que Chef de Projet. Mon stage s'étant très bien déroulé, ils sont venus me chasser dès ma sortie d'école. Je travaille pour L'Oréal, client très exigeant et formateur. Par la suite, je retournerai certainement chez l'annonceur afin de me rapprocher des problématiques stratégiques que peut rencontrer une marque.

Other news